Bandeau titre du site Accéder au site du Diocèse d'Angoulême. Revenir à la page d'accueil. Accéder au site de l'abbaye de Champagne.
  • image49
  • image42
  • image43
  • image44
  • image45
  • image46
  • image47
  • image48
  • image50


La vocation religieuse

Rencontre avec un religieux

Le mot vocation est utilisé pour désigner l’envie que peuvent ressentir des personnes pour une mission particulière : humanitaire, professionnelle…
Dans le langage chrétien il désigne le mouvement intérieur, l'appel, par lequel Dieu invite une personne à se consacrer à son service.
L’appel de Dieu est personnel et réel : ce n’est pas une imagination ! Dieu se manifeste dans notre vie là où nous en sommes, avec tout ce que nous sommes. Son appel peut être parfois soudain, alors que rien apparemment ne nous y préparait. Il arrive aussi que d’autres nous le révèle par leur question : « Tu n’as jamais pensé à devenir prêtre ? » « Je te verrais bien religieuse… »
Le plus souvent, son appel nous parvient à plusieurs moments de notre vie, comme une rivière souterraine qui ressurgit. On pourrait dire de la vocation qu’elle grandit avec nous… jusqu’au moment où l’on en prend conscience.

Si vous pensez qu'un appel à la vie religieuse ou au sacerdoce peut être pour vous, des accompagnements sont proposés, en particulier par le Service diocésain des Vocations.

Le sacrement de l'ordre

EN SAVOIR PLUS A PARTIR DU CATHECHISME DE L'EGLISE CATHOLIQUE

vitrail de l'église de Saint Sornin

1536
L’Ordre est le sacrement grâce auquel la mission confiée par le Christ à ses Apôtres continue à être exercée dans l’église jusqu’à la fin des temps : il est donc le sacrement du ministère apostolique. Il comporte trois degrés : l’épiscopat, le presbytérat et le diaconat. [1]

1537
I. Pourquoi ce nom de sacrement de l’ordre ? Le mot Ordre, dans l’antiquité romaine, désignait des corps constitués au sens civil, surtout le corps de ceux qui gouvernent. Ordinatio désigne l’intégration dans un ordo. Dans l’église, il y a des corps constitués que la Tradition, non sans fondements dans l’écriture Sainte (cf. He 5, 6; 7, 11; Ps 110, 4), appelle dès les temps anciens du nom de taxeis (en grec), d’ordines : ainsi la liturgie parle de l’ordo episcoporum, de l’ordo presbyterorum, de l’ordo diaconorum. D’autres groupes, reçoivent aussi ce nom d’ordo : les catéchumènes, les vierges, les époux, les veuves…

1549
Par le ministère ordonné, spécialement des évêques et des prêtres, la présence du Christ comme chef de l’Église, est rendue visible au milieu de la communauté des croyants. Selon la belle expression de S. Ignace d’Antioche, l’évêque est typos tou Patros, il est comme l’image vivante de Dieu le Père

1552
Le sacerdoce ministériel n’a pas seulement pour tâche de représenter le Christ - Tête de l’Église - face à l’assemblée des fidèles, il agit aussi au nom de toute l’Église lorsqu’il présente à Dieu la prière de l’Église (cf. SC 33) et surtout lorsqu’il offre le sacrifice eucharistique

C'est le sacrement grâce auquel la mission confiée par le Christ à ses Apôtres continue à être exercée dans l'Église jusqu'à la fin des temps. Il est le sacrement du ministère apostolique. Ceux qui reçoivent le Sacrement de l'Ordre sont consacrés pour être, au nom du Christ, par la parole et la grâce de Dieu, les pasteurs de l'Église. Depuis les origines de l'Église, le ministère ordonné a été conféré et exercé à trois degrés: celui des évêques, celui des prêtres et celui des diacres.

Les diacres

1569
Au degré inférieur de la hiérarchie, se trouvent les diacres auxquels on a imposé les mains ‘non pas en vue du sacerdoce, mais en vue du service’ " . Pour l’ordination au diaconat, seul l’évêque impose les mains, signifiant ainsi que le diacre est spécialement rattaché à l’évêque dans les tâches de sa " diaconie ".

1570 Les diacres participent d’une façon spéciale à la mission et à la grâce du Christ. Le sacrement de l’Ordre les marque d’une empreinte (" caractère ") que nul ne peut faire disparaître et qui les configure au Christ qui s’est fait le " diacre ", c’est-à-dire le serviteur de tous (cf. Mc 10, 45 ; Lc 22, 27 ; S. Polycarpe, ep. 5, 2). Il appartient entre autres aux diacres d’assister l’évêque et les prêtres dans la célébration des divins mystères, surtout de l’Eucharistie, de la distribuer, d’assister au mariage et de le bénir, de proclamer l’Evangile et de prêcher, de présider aux funérailles et de se consacrer aux divers services de la charité

Les prêtres

1563
" La fonction des prêtres, en tant qu’elle est unie à l’Ordre épiscopal, participe à l’autorité par laquelle le Christ lui-même construit, sanctifie et gouverne son Corps. C’est pourquoi le sacerdoce des prêtres, s’il suppose les sacrements de l’initiation chrétienne, est cependant conféré au moyen du sacrement particulier qui, par l’onction du Saint-Esprit, les marque d’un caractère spécial, et les configure ainsi au Christ Prêtre pour les rendre capables d’agir au nom du Christ Tête en personne ".

1564
" Tout en n’ayant pas charge suprême du pontificat et tout en dépendant des évêques dans l’exercice de leur pouvoir, les prêtres leur sont cependant unis dans la dignité sacerdotale ; et par la vertu du sacrement de l’Ordre, à l’image du Christ prêtre suprême et éternel (cf. He 5, 1-10 ; 7, 24 ; 9, 11-28) ils sont consacrés pour prêcher l’Evangile, pour être les pasteurs des fidèles et pour célébrer le culte divin en vrais prêtres du Nouveau Testament "

Les evêques

L’ordination épiscopale – plénitude du sacrement de l’Ordre

1556
Pour remplir leur haute mission, " les apôtres furent enrichis par le Christ d’une effusion spéciale de l’Esprit Saint descendant sur eux ; eux-mêmes, par l’imposition des mains, transmirent à leurs collaborateurs le don spirituel qui s’est communiqué jusqu’à nous à travers la consécration épiscopale ".

1558
" La consécration épiscopale, en même temps que la charge de sanctifier, confère aussi des charges d’enseigner et de gouverner ... En effet, ... par l’imposition des mains et par les paroles de la consécration, la grâce de l’Esprit Saint est donnée et le caractère sacré imprimé, de telle sorte que les évêques, d’une façon éminente et visible, tiennent la place du Christ lui-même, Maître, Pasteur et Pontife et jouent son rôle (in Eius persona agant) " (ibid.). " Aussi, par l’Esprit Saint qui leur a été donné, les évêques ont-ils été constitués de vrais et authentiques maîtres de la foi, pontifes et pasteurs "

Voir les rites de la consécration épiscopale de Monseigneur Ravel


© 2008 - 2017 Doyenné Tardoire et Bandiat    |    Mentions Légales   |    Rechercher